Archive

Archive for the ‘histoire’ Category

Le mythe du couple franco-allemand – Traité de l’Elysée

LES 50 ANS DE MYSTIFICATION DU TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND DE L’ÉLYSÉE

 

Signature du traité franco-allemand

Signature du traité franco-allemand dit “de l’Élysée” le 22 janvier 1963.   De gauche à droite, assis autour de la table :

  • Gerhrard Schroeder, ministre des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne
  • Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d’Allemagne, en train de signer le traité
  • Charles de Gaulle, président de la République française, en train de signer l’autre copie du traité
  • Georges Pompidou, Premier ministre de la République française
  • Maurice Couve de Murville,ministre des affaires étrangères de la République française

Une observation minutieuse de la photo donne l’impression que les deux ministres des affaires étrangères, allemand et français, prennent un air absent, ou songeur. Comme s’ils savaient déjà parfaitement, l’un et l’autre, que ce traité serait vidé de sens par la partie allemande lors de sa ratification quelques mois après.

La suite du remarquable article de François Asselineau sur :

http://www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/le-mythe-du-couple-franco-allemand-traite-elysee

Catégories :etats de l'UE, histoire, Videos

Des origines du moteur franco-allemand…

Les célébrations d’anniversaires ou autres commémorations d’évenements historiques ont le mérite de nous rappeler des moments majeurs de notre histoire, voire parfois de nous en révéler l’existence. C’est le cas, pour le Traité de l’Elysée.
Nous serons invités à célébrer le cinquantième anniversaire du traité de l’Elysée le 22 janvier prochain. Certains medias commémorent dés cette semaine l’amitié franco-allemande.
Mais une question se pose: les médias nous expliqueront-ils tous les enjeux de ce traité ?
On peut en douter car, pour l’instant, les seuls protagonistes évoqués sont de Gaulle et Adenauer.
Rien sur le « fédérateur extérieur » dont parlait Charles de Gaulle dans sa conférence de presse du 15 mai 1962. Peut être maintiennent-ils le suspens jusqu’au 22 janvier pour nous apprendre que quelques jours avant la signature, Kennedy convoqua l’ambassadeur d’Allemagne Karl Heinrich Knappstein, pour lui signifier son total désaccord avec ce traité. Ou peut être nous rappelleront-ils que 6 mois après la signature, un préambule interpretatif fût ajouté lors de la ratification du dit traité par le Bundestag, le vidant ainsi de sa substance, et contentant par conséquent JFK.(1)

Et après avoir fait un immense travail de contextualisation, on peut être certains qu’ils évoqueront la phrase de de Gaulle à Peyreffite : « Les Allemands avaient été mon grand espoir, ils sont mon grand désappointement »(2) C’est donc de cela que procède le moteur franco-allemand…

(1) « Qui gouverne la France et l’Europe ? » ,partie 2 à partir de 17’42 http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=SWKBp32IFmk
(2) C’était de Gaulle tome 2 page 305 éditions Fayard

Charles G

Catégories :histoire, médias

Régis Debray : « Tous les révolutionnaires latino-américains que j’ai connus étaient gaullistes… Le Che était gaulliste… »

Régis Debray était l´invité de la matinale de France Culture vendredi 4 janvier 2013 à l’occasion de la sortie de son dernier livre « Modernes Catacombes ».

Interrogé par Marc Voinchet au sujet de ses activités auprès de Che Guevara en Bolivie, le philosophe est revenu sur l’une de ses déclarations faite en 1970 au journaliste Bernard Volker.
La question qui lui fût alors posée, portait sur le départ de Charles de Gaulle et ses conséquences. Voici ce que Régis Debray répondît : « Ce que je souhaite , c’est que les pas qu’avait fait le général de Gaulle dans la voie d’une politique indépendante demeure et subsiste  inchangée. »
Quand Marc Voinchet lui  fait part de son étonnement d’une telle déclaration, Il répond « Tous les révolutionnaires  latino-américains que j’ai connus étaient gaullistes , le Che était gaulliste… »
Pour écouter l’émission de France Culture, cliquer sur le lien ci-dessous. Le passage évoqué précédemment se trouve à partir de 22′ 55 .
Catégories :histoire